Récit d’un trek  d’une semaine dans la péninsule du Hornstrandir en Islande

.

Pour ceux qui tomberaient sur cette page directement, le début du voyage c’est par la.

Reprenons le fil : nous sommes le 28 juin, après une journée de détente à Reykjavík, je prends un vol éclair ( 30-45 minutes) pour Isafjördur, capitale des fjords du Nord-Ouest.

Objectif des prochains jours : Hornstrandir!

Isafjördur, village de pêcheur en Islande

.

Je m’occupe la journée à visiter le coin, vu la taille  c’est rapide! Je fais des emplettes et essaye de me faire un menu complet pour mes 7  jours de rando.

Faire ses courses et essayer de calculer les calories nécessaires dans un magasin islandais, c’est pas simple. Le soir, j’ai réservé une piaule à l’hotel Edda : lit, chauffage et rideaux aux fenêtres : le grand luxe.

Je dépose un sac à l’accueil rempli des choses qui ne me sont pas nécessaires sur la presqu’île. Je le récupérerai à mon retour.

Petit point météo avec le gars de la réception qui est bien sympa. Beau jusqu’à mardi, après le temps est plus incertain.

Isafjördur , capitale des fjords de l'ouest

.

Jour 1 : Hesteyri – Latravik

.

Le lendemain, je prend le ferry qui m’amène à Hesteyri, il fait grand beau et nous aperçevons une baleine durant le trajet : ambiance!!!
En vue de la terre, je guette les sommets enneigées , j’ai une aversion pour la neige depuis mes premiers jours difficiles près de Strutur.
Au débarquement, un garde local me demande mon trajet en prenant des renseignements sur une feuille volante…bon ça rassure un (tout) petit peu.

village d'Heysteyri dans l'arctique

village d'Hesteyri en Islande

.

Je m’élève doucement, j’ai une petite forme et une motivation proche de zéro.

Pourtant j’attendais ce voyage depuis longtemps..mais bon le moral ne se contrôle pas toujours.
Je passe une petit col entre Kagrafell et Burfell avec plein de fleurs, c’est magnifique.

Comme il est midi, je fais ma pause déjeuner. En tout cas il fait super beau!!!

paysage de toundra couvertes de fleurs

.

Puis je descend sur Adalvik.

Le chemin est balisé de gros cairns . Aucun soucis d’orientation.

cairn sur un plateau au cours d'un trek en Islande

.

Au fond le village de Latrar.

Ici point d’habitant à l’année ( l’hiver est très rude) mais les islandais ont gardé des maisons de vacances  qu’ils occupent les mois d’été.

Les lieux de bivouac « obligatoires » sont situés près de ces maisons. Donc on n’est rarement seul le soir.

vue sur la baie d'Adalvik en Islande

.

Courte journée aujourd’hui. Je rencontre un couple de français très sympa qui terminent une semaine de rando, ils prennent le bateau d’ici une heure.

 Je plante la tente puis me balade le long de la plage. J’essaye de prendre des formes dans le sable .

_0009531

.

Ces dessins ont quelque chose de spatial je trouve, on dirait la terre et les rayons du soleil!!!

_0009557

.

_0009562

.

_0009564

.

A mon retour, deux autres gusses arrivent , ils ont l’air exténué.

Le gars( un français décidément) m’explique qu’ils ont eu une journée harassante entre marécages, col difficile,grosses pierres qui dévalent la pente.

Je retourne prendre des photos à 22 h, il fait toujours grand jour mais ça caille sévère!!!

vue sur la baie d'Adalvik en Islande dans le Hornstrandir

.

Jour 2 : Rekavik – Fljotavik

.

Au réveil, il fait encore beau: yes!!! Il n’y a plus grand monde autour de moi.

Les tentes près de la photo, c’est un groupe d’islandaises qui se sont baignées hier soir: Gloup!!!

bivouac à Latrar dans le Hornstrandir

.

Départ  pour Rekavik où je vais voir une bande de terre au fond du Fjord (au fond de la photo)

baie de Rekavik en Islande

.

Elle est remplie d’arbres amenés par les courants. Le lieu s’appelle Grjotkambur.

plage du nord en Islande

.

bois flottés sur les rives de l'Islande

.

Je passe et remonte le lac sur l’autre rive, j’avance difficilement, il y a de nombreux ravins et zones humides et tout est recouvert d’arbustes.
Retour sur la piste, je tombe sur un garde qui m’indique le chemin pour rejoindre l’autre baie.

Ici c’est simple : tu cherches la pente la moins horrible et tu grimpes tout droit dans des immenses pierriers pour rejoindre le plateau, tu passes le col et redescente dans les pierriers de l’autre coté.

C’est très dur pour les rotules et les chevilles!!!

paysage des fjords de l'ouest en Islande

.

baie de Latravik

.

Sur le plateau, le paysage est très minéral

plateau et pierrier en Islande

cairn en Islande pres de Latravik

.

Je passe le col de Nonfell puis descente dans Tungudalur.

vue sur la baie de Latravik depuis Tunguheidi

Un sentier un peu scabreux permet de rejoindre le bas.

Vous voyez le lac au fond ? Hé bien, je vais le traverser!!!

trek dans le Hornstrandir, fjords de l'ouest

baie de Fljotavik

.

Dans la baie de Fljotavik, je traverse donc  le Fljotavatn au niveau d’un banc de sable ( photo ci dessous), c’est assez impressionnant vu la longueur du gué, pas dur et pas dangereux ( de l’eau un peu au dessus des genoux et pas de courant) mais long!!!

traversée à gué du Fljotsvatn , dans la réserve naturelle d'Hornstrandir

Le soir, j’ai assez froid, je suis presque tenté de squatter la maison de secours mais je me ravise.

Apres tout , j’ai choisi d’être la je vais pas me plaindre…(puis surtout j’ai l’impression qu’il y a déjà quelqu’un qui squatte la maison…)

.

Jour 3 : Almennningar – Hlöduvik

.

Temps plutôt mitigé au réveil , j’ai l’impression que l’accalmie météo est finie et que la pluie va revenir. Pour gagner le col , je dois remonter en rive gauche le Fljotavatn; j’essaye de rester sur les hauteurs mais c’est un vrai marécage entrecoupé de petits rus et de vallons , je met deux heures pour faire 5 km!!!

Ce sera le souvenir désagréable de cette randonnée : comme il n ‘y a pas franchement de chemins marqués, on se retrouve soit à traverser des landes arbustives humides avec gouilles et rus dans tous les sens, sinon sur les hauteurs ce sont des immenses pierriers très grossiers où l’on « saute » un peu de pierres en pierres. Bref la progression est très lente.

_0009618

_0009619

Sur les hauteurs du lac…

_0009620

.

Ensuite tout droit dans les pierriers jusqu’au col!!! Les photos au grand angle tassent la pente. Je vous assure que c’est raide.

trek dans le Horsnstrandir , baie de Fljotavik

lac fljötsvatn , fjords de l'ouest

cascade et toundra arctique en Islande

.

Je reste un petit moment à chercher le col : de loin il ressemble à un mur beaucoup trop raide.

De près ( photo ci dessous) , c’est tout droit dans la neige, puis à gauche : faut le savoir quand même!!!

_0009631

Dans le névé, ça passe bien

paysage des fjords de l'ouest en Islande

col de Breiduskörd sous la brume

vue sur Fljotsvatn , fjords de l'ouest en Islande

.

Je bascule dans la baie d’Almennningar pour rejoindre le col du même nom : Almenningaskard

_0009645

_0009646

_0009647

_0009649

.

Et la , la vue s’ouvre sur Hlöduvik. Enfin un panorama qui déboîte un peu, j’ai presque honte d’écrire ceci mais depuis le début , je trouve les paysages assez fades comparés aux semaines précédentes dans le sud.

De plus , pas de belles lumières, juste un ciel tout bleu ou tout gris.

baie d'Haelavik dans le Hornstrandir

baie d'haelavik, trekking dans le Hornstrandir en Islande

.

Descente et prise de vues centrées autour d’ Alfsfell, superbe montagne pyramidale, elle me fait un peu penser au Maelifell, planté la au milieu d’Hlöduvik.

montagne pyramidale Alfsfell en Islande, Hornstrandir

Hornstrandir

.

Je longe la plage  et pose ma tente seul devant la mer,

ya pire comme bivouac quand même.

bivouac sur une plage du Hornstrandir

.

Un petit tour à la « capsule de sauvetage » et j’entends un groupe arriver. Ils sont tchèques si j’ai bien compris et je les vois aller se baigner dans la rivière d’a coté!!! brrr ça me glace le sang.

refuge de secours islande

.

Repas et ballade au bord de l’eau. Vous voyez le cirque au fond de la photo,eh bien c’est mon chemin de demain.

D’ici cela me semble (très) très raide.

bord de mer dans le hornstrandir

plage

.

Jour 4 : Haelavik – Hornvik

.

Le jour de m…,

dès le réveil je sens que ça va pas le faire.Il fait un vent dément et de la grosse pluie.

Je déjeune dans la tente et retarde le plus possible le moment de la sortie. Les tchèques sont réfugiés dans la « capsule spatiale ».

Allez hop ,courage, je sors, plie la tente tant bien que mal et pars sous l’averse.Peu de photos aujourd’hui je rechigne à sortir l’appareil.

Dans le cirque de Skal, je suis au moins à l’abri du vent, on distingue le chemin à gauche de la photo ci dessous

pluie dans la péninsule d'hornstrandir

col sous le Skalarkambur

Dernier regard sur Hloduvik

baie d'Haelavik dans le hornstrandir sous la pluie

Des que je bascule de l’autre coté , c’est l’enfer, je n’ai jamais vu ça: mes habits imperméables en Goretex sont transpercés en 5 minutes , je me transforme en éponge, les gouttes d’eau me font mal tellement la pluie est forte.

J’ai de l’onglet aux mains. Je n’y vois pas grand chose. Je traverse difficilement la baie d’Haelavik. J’arrive au col d’Atlaskard, putain c’est encore pire : j’en veux à la terre entière, je donne des coups de pieds dans mon sac. C’est vain mais bon , ça me défoule.

Je me dirige ensuite vers Tröllakambur, passage en bord de mer par marée basse et un peu plus aérien par marée haute où il faut grimper avec une corde pour passer quelques trolls.

Pas de difficulté majeur, ce n’est pas très haut et la corde aide bien.

Me voila à Hornvik : montage de la tente à l ‘arrache, évidemment elle est vite trempée. A l’intérieur , je me dessape entièrement, je suis trempé jusqu’au slip ( véridique!!!).

Donc changement de sous-vêtements et je me retrouve en caleçon+doudoune dans ma tente où perlent déjà des gouttes d’eau. J’ai le moral en chou-fleur!!!. Je passe l’après-midi à boire de la soupe et du café pour me réchauffer.

Le soir , la pluie s’arrête enfin. Petite ballade dans la baie, tentative de séchage, je vais voir le bord de mer et dodo

.

Jour 5 : Hornvik et falaises D’Hornbjarg

.

1ère journée dans la baie d’Hornvik,et  il fait grand beau!!!

Je pars faire ma boucle pour aller à Hornbjarg. Je traverse d’abord la grande plage, franchis l’immense gué : comme celui du Fljotavatn , il n’est pas difficile avec de l’eau max à mi-cuisse et du sable tout doux pour les pieds.

_0009736

Je monte ensuite le long d’un torrent pour gagner le col d’Hestskard : comme d’habitude, très raide avec des blocs de neige en train de se détacher, pas très rassurant.

De l’autre coté, joli vue sur Latravik et son phare du bout du monde. Je donnerai cher pour garder le phare sur la saison estivale. L’hiver , cela doit être un autre discours…

le phare de Latravik dans les fjords de l'ouest
Je remonte ensuite au Nord en direction des falaises. Sur la route, je reste un long moment près de la cascade qui se jette dans l’océan.

le littoral du hornstrandir

cascade tombant dans la mer près de Latravik

Latravik dans le Hornstrandir

paysage de la réserve naturelle d'Hornstrandir

.

Je croise aussi quelques personnes. Malgré l’isolement de la presqu’île, Il y a pas mal de fréquentation : randonneurs islandais ou touristes, scolaire du coin…On ressent moins la solitude et la sensation de découverte que dans le sud.  Encore un petit col et la vue sur les fameuses falaises d’Hornbjarg s’étend. J’ entrevoie même le derrière d’un renard polaire!!!

la baie d'Hornvik depuis le col d'Almenningaskard

Pause déjeuner, un petit pano et je suis le chemin en flanc de collines. Je me perds un peu et je loupe la sente pour rejoindre le point le plus au nord où il y a une corde pour faciliter le passage.

Normalement , j’aurais pu aller en haut (petit point rouge)

les falaises d'hornbjarg dans le Hornstrandir

les falaises d'Hornbjarg dans la baie d'Hornvik

.

Je descend donc vers le lac sous la falaise en suivant une colonie d’Islandais. J’attends qu’ils passent hors champ et je shoote le lac et les oiseaux qui volent au dessus.

ça en jette pas mal.

lac dans le Hornstrandir dans les Fjords de l'ouest

middalsvatn et falaise d'Hornbjarg en Islande

.

Retour ensuite par la plage, on m’avait dit qu’il y avait une baleine échoué mais je ne la trouve pas.

Par contre, je rencontre un troll particulièrement joli : voila ou les égyptiens ont trouvé leur inspiration pour le Sphinx!!!

dyke volcanique en Islande
Le soir je retourne marcher vers Tröllakambur.

.

Jour 6 : Autour d’Hornvik

.

Deuxième jour à Hornvik, j’avoue m’ennuyer un peu , j’ai déjà fini le voyage dans ma tête, maintenant je veux rentrer.

Je me ballade donc tranquillement dans les alentours.

torrent en Islande dans le Hornstrandir

paysage de lande en Islande

.

Un hélicoptère des secours passe « dire bonjour » aux gardiens.

hélicoptère ICE-SAR en Islande

bartsie des Alpes en Islande

_0009880

fleur en été en Islande

.

Un renard polaire s’approche doucement de la tente en glapissant puis trottine  vers d’autres horizons

renard polaire dans la réserve naturelle d'hornstrandir

Le soir, le gardien du coin vient me voir ( 3 fois qu’il me demande quand je pars, jcommence à croire qu’il m’en veut!!!) et me dit que demain il fait un temps pourri.

Ha merde, manquer plus que ça, cette année, depuis que j’ai compris que ma tente est pourrie et ne tient pas le vent, j’ai peur de la météo…

Durant la nuit , des anglophones ( américains je pense) arrivent et mangent à coté de ma tente en mettant un souk d’enfer.

En plus , je me  rationne depuis deux jours  (j’ai mal géré ma quantité  de nourriture) donc de les entendre roter, et racler 3 fois leurs gamelles m’énerve aux plus haut point.

.

Jour 7 : Veidileysufjördur

.

Réveil matinal, c’est aujourd’hui que je quitte Hornvik, petit coup d’œil à l’extérieur : temps pas trop mauvais…pour l’instant sa va!!!  Je monte au col de Hafnarskard pour rejoindre le Veidileysufjördur où la bateau vient me chercher demain.

baie d'hornvik dans le Hornstrandir

.

Durant la montée une lumière sympa  , trop rare dans ce voyagepaysage de la baie d'hornvik

.

Une petit autoportrait pour une fois!!!

randonneur en trek dans le Hornstrandir

.

Etape sympa avec pas mal de brume au col, je ne vois pas plus loin que 5 m.

De nombreuses traces de pas permettent de se diriger sans problème.

_0009913

_0009919

Faut pas se perdre hein!!!!

_0009920

Apres le col de Hafnarskard, je bascule dans Veidileysufjördur. La brume s’estompe et laisse apparaître un joli Fjord.

Hornstrandir dans la Brume en Islande

vue sur Veidileysufjördur depuis le col de Hafnarskard

j’ai même droit à un rayon de soleil…qui sera court malheureusement!!!

Je gagne l’emplacement de bivouac suivi par des pêcheurs écossais. Le vent commence à se lever et les nuages n’annoncent rien de beau…

Je plante ma tente tant bien que mal, l’endroit est en pente et vraiment pas top.

Puis je pars me balader encore un peu ( il est 4 h de l’aprem). La pluie s’y met, le vent forcit ,c’est le début de la fin : le temps pourri annoncé par le gardien!!!

Je me recroqueville dans la tente qui est ballotée par le vent, la pluie s’infiltre , la toile touche mon visage sous la pression. J’ai l’impression que la tente est une immense voile et que le vent veut la faire craquer…

Une nuit horrible : bloqué de 5 h du soir à 5 h du matin, sans pouvoir dormir, à attendre le moment où la tente va lâcher ( j’ai déjà eu cette désagréable expérience il y a une semaine).

Je regrette de pas avoir amener mon Eureka, certes plus lourde mais qui tient mieux le vent quand même. La tempête s’arrête au petit matin, ou je m’endors quelques heures.

.

Jour 8 : retour

.

Quand je sors, je vois que d’autres personnes sont arrivées dans la nuit, leurs tentes ont l’air d’avoir bien tenu cette nuit, sauf un couple de chinois ( ou de japonais , dur à dire avec l’accent).

Leur tente est complètement hs, la toile trempée est collée contre eux et la gonzesse pousse des cris d’effrois en asiatique: la scène  est assez drôle.

Veidileysufjördur dans le hornstrandir

Vers 11 heures , la navette arrive. Après un trajet assez long sur une mer agitée me voila de retour à Isafjordur. Le voyage est maintenant terminé.

Demain long trajet en bus pour rejoindre Reykjavik et prendre mon vol en soirée.

Long périple ensuite dans les transports en commun pour rejoindre l’altiligérie…

A l’heure décrire ses lignes, les moments dures sont passés et semblent de simples formalités, les déceptions sont vites oubliés.

Seuls restent cette petite odeur d’iode humide  amené par la bise, ces paysages sortis des songes que l’on découvre presque ahuris

et surtout cette envie d’aller voir loin, toujours plus loin, derrière chaque montagne , chaque col, chaque colline…

bref du boulot pour les prochaines années!!!

bless á meðan!!!