– Trek en Islande –

– Hautes Terres du sud –

– De Landmannahellir à la faille d’Eldja via Landmannalaugar et Langisjor –

 Jour 1 : Landmannahellir – Reykjadalir 

.

14 Juillet, 15h00 : Apres une courte nuit au camping de Reykjavík et des préparatifs au pas de courses , me voila dans le bus de Trexx vers le Landmannalaugar.

Je somnole légèrement en  regardant la bruine tomber à travers les vitres, « bercé » par les secousses du bus traversant les champs de lave de l’Hekla.

De retour en Islande pour la troisième fois, j’oscille entre l’excitation et l’appréhension.

Je sais que je vais « en baver » à un moment ou un autre mais que ces efforts vont décupler les beaux moments… et des bons moments il y en aura beaucoup, beaucoup…

.

Cette année, j’ai longuement hésité entre revenir dans les Fjallabaks déjà visités l’année dernière ou aller faire un tour dans le centre de l’île.

Mais l’appel des lacs limpides et des montagnes vertes de mousses fluorescentes a été plus fort que le désert et la caldeira d’Askja!!!

Ce sera le sud!

.

Le projet pour ce trek d’une dizaine de jours, au départ de Landmannahellir, est de se diriger  vers le Tindfjallajökull en longeant le Laufafell puis de remonter plein Nord à travers la réserve de Fjallabak pour gagner Faxasund et le Langisjór. L’arrivée sera à la faille d’Eldgjá , lieu de mon abandon l’année dernière pour cause de « neige persistante ».

Pas de carte du parcours, ceux qui veulent suivre se serviront de l’atlas en ligne islandais.

Je vous aide juste pour le départ : Landmannahellir est situé 2 km au nord-ouest du Landmannalaugar au bord du Löðmundarvatn.

  Revenons à nos moutons ( Islandais bien entendu!) :

moutons dans un pré aux alentours de Landmannahellir en Islande

Arrivé  à Landmannahellir à  16h :

3 personnes descendent du bus plein à craquer: un couple d’allemands et moi-même.

Ciel plutôt gris, quelques gouttes, je suis mal réveillé, j’ai mal crâne…bref je n’ai aucune envie d’y aller.

Je traîne donc à faire mon sac et à grignoter des barres de chocolat.

Objectif de ce soir : rejoindre la zone géo-thermale de  Reykjadalir, à peu près 10 km de marche. Je devrais arriver vers 20h.

.

Le refuge de Landmannahellir :

refuge et camping de Landmannahellir

Franchement c’est une halte plus sympa que le camp de réfugiés du Landmannalaugar!!!

Je commence par suivre  la piste mais je m’en éloigne assez vite pour traverser la lande  marécageuse qui me sépare des contreforts des Fjallabaks.

pres de la F225 , bosquet de saule laineux ( Salix lanata )

Je traverse le petit  ruisseau au nom imprononçable ( Klukkugilskvísl ! ) et grimpe  sur la première pente pas trop raide pour m’élever doucement.

plaine de la Kringla pres de la F225

En approchant du plateau de Pokahryggur, le paysage change, devient minéral et sombre.

 La pluie et le vent s’en mêlent : bienvenue en Islande!!!

névé en Islande

Apres le col sous le  Svartikambur,  la vue se dégage, cela fume de partout…ça y est, j’ai rejoint la zone géo-thermique  de Reykjadalir .

Je me dirige vers la plus grosse fumée en espérant trouver l’immense « piscine » bleu que j’ai entrevu en glanant sur le  net.

C’est bien celle-là,  idyllique , méconnue , on n’a envie de se tremper dedans!

coucher de soleil sur la source chaude géo-thermale Reykjadalir

Je dormirais ici ce soir!

source chaude géo-thermale en islande

Le site est magnifique, je me couche vers 22h , complètement éreinté par cette première journée. 3 moutons ,que j’ai dérangé, veillent sur moi.

bivouac près d'une source chaude au Landmannalaugar

.

Jour 2 : Markarfljót – Laufafell

.

Au réveil, ciel gris, frais mais pas de pluie donc tout va bien!!!

Je pars en suivant un petit cours d’eau sans nom,  je tombe sur un spot de rond de sorcières.

ronds de sorcières dans les fjallabaks

J’adore ces formations un peu mystérieuses…

rond de sorcière dans la mousse en Islande

mousse islande

Je rejoints un second ruisseau plus important,toujours sans nom, l’IGN local doit pas passer très souvent…

Traversée à gué sans enlever les chaussures.

 Je longe  la rive gauche  vers l’aval, sous le crachin.

torrent glaciaire en Islande

Très belle petite rivière aux milieux des fumerolles.

On trouve même une cascade sympa!

gros plan sur la mousse verte

paysage de l'islande

vallée géo-thermique en Islande

Je traverse ensuite la Markarfljót naissante,  1er  gué du voyage , qui passe sous soucis, à peine de quoi se mouiller les genoux.

traversée de gué dans le Landmannalaugar

Je monte sur le plateau en suivant  la piste monotone pour aller au croisement de Dalakofinn au nord du Laufafell

piste sur le plateau de Hrafntinnusker dans la réserve naturelle de Fjallabak

Un groupe de 4*4 arrive vers moi, remplis de bagages, ils doivent aller vers le refuge.

Le dernier s’arrête :

-Are you lost?

-No

-Where are you going?

-Laufafell

-Ok, bye.

Apres cette courte conversation, je descends vers  la Markarfljót, qui a prise un peu d’ampleur:

Magnifique rivière, mais bien fraîche!!!

plaine de la Markarfljót près de Dalakofinn

Je longe ensuite la rive droite vers l’aval et le Laufafell.

la Markarfljót et le Laufafell près de Dalakofinn

Déjeuner au niveau de la somptueuse chute sans nom qui marque l’entrée d’un nouveau décor…

cascade sur la Markarfljót en Islande

A partir de là , le paysage change :

 La rivière étale devant mes yeux des lacets tortueux alternant l’ocre minéral et le vert mousseux.

Les rapides deviennent tumultueux ( avec quelques m3 de plus , cette rivière doit être génial en kayak : un bon classe IV alpin sans temps mort!)

torrent glaciaire en Islande pres du refuge de Dalakofinn

Une sente bien marquée longe en surplomb  vers l’aval.

Je suis tellement ahuri par cet endroit que j’en oublie d’aller voir  le petit maar que j’ai repéré sur Internet.

la rivière Markarfljót au nord du Laufafell dans un canyon de Rhyolite

Un petit panoramique :

panoramique du canyon de la Markarfljót dans les fjallabaks

Ce canyon  au teinte rouge mériterait une exploration un peu plus approfondie.

canyon ocre au bord de la Markarfljót

1 ou 2 km plus loin la rivière s’élargit et la pluie revient.

Pas de photos pour cette partie, pas très intéressante d’ailleurs.

Je longe les flancs sud-est du Laufafell. La marche n’est pas agréable avec de multiples sillons à traverser , très casse jambes.

J’emprunte ensuite la fameuse F210 « Fjallabak sydra ». Cette fois je suis plutôt content de marcher sur du « dur ».

Je me prends une grosse gamelle en voulant sauter par dessus un ru ( la flemme d’enlever les chaussures )…

Heureusement la mousse amortit ma chute. Pas de bobos mais bien trempé!

piste volcanique au bord du Laufavatn

 Je quitte  rapidement la piste au niveau du champ de lave pour rejoindre Skyggnisvatn. Je prends un peu de hauteur.

L’espace d’un instant , le soleil perce les nuages, laissant apparaître une magnifique lumière , juste quelques secondes , à peine le temps de sortir l’appareil…

Vers l’est :

ciel orageux en Islande

Vers le sud  : une de mes photos préférées de cet année avec Stóra-Grænafjall illuminée en arrière plan.

lumière orageuse pres du Laufafell

Vers le Nord-est , d’où je viens avec le Laufafell dans la brume.

trek dans les hautes terres d'islande

Je rejoins ensuite l’extrémité du lac…Je veux dormir sur la rive mais il y a  trop de vent.

Skyggnisvatn

Skyggnisvatn

  Je me contenterai  de la petite « mare » derrière.
bivouac près d'un lac en Islande

Le soir, pose longue au bord du lac…

pose longue sur le lac skyggnisvatn en Islande

.

Jour 3 : Skyggnisvatn – Krokur

.

Je remonte en surplomb du lac

lac skyggnisvatn en islande

Une piste mène  en direction du Tindfjallajökull et de Skyggnir.

piste 4*4 dans les hautes terres d'Islande

Je croise un groupe guidé par  l’agence Fjallabak qui vont de  Hungursfit à Dalakofinn, nous échangeons quelques mots et je continue.

Je me dirige ensuite vers le col de Skyggnir ( à gauche sur la photo ci-dessous)

fjallabak

Durant la montée,  évidemment il se met à pleuvoir…l’ambiance s’assombrit.

sommet couvert de mousse au nord du glacier Tindjallajökull

Au niveau du col, la vue sur le Tindfjallajökull est magnifique, il devient difficile de prendre des photos sans avoir des gouttes sur l’objectif.

ascension de Skyggnir en Islande

ciel orageux dans la réserve de Fjallabak

J’avais envisagé de monter au sommet, mais j’ai un coup de flemme et il pleut maintenant assez dru, je redescends donc un peu déçu…

Dès que je suis en bas, de l’autre coté , la pluie s’arrête et le soleil perce légèrement.

ciel orageux en Islande près du glacier Tindjallajökull

Je longe un petit ruisseau vers le  sud, puis dès que j’aperçois la plaine d’Hungursfit , je pars plein est pour remonter sur un plateau du nom d’Hnausar.

Ci-dessous : Le dédale collinaires au Nord-Est du Tindfjallajökull , au fond c’est Faxi si je ne me trompe pas.

fjallabak landscape

Le temps s’améliore doucement offrant de superbes éclaircies. Je traverse la plaine semi-marécageuse recouverte de linaigrettes.

Plaine de Hungursfit , près du glacier Tindjallajökull en Islande

pose longue d'un ruisseau en Islande , près du Tindjallajökull

J’emprunte ensuite la piste pour gagner le col de Faxatagl.

_0006222

Maintenant il fait carrément soleil, le contraste dans le ciel est dément.

 Bain d’UV en tee-shirt …long avec bonnet et pantalon, faut pas pousser non plus!

montagnes volcaniques au nord du Tindfjallajökull

Je quitte rapidement « l’autoroute » pour rejoindre la Hvítmaga.

petit ruisseau près du Tindfjallajökull, Réserve de Fjallabak

Je la  longe vers l’aval avec en ligne de mire les sommets déchirés de Sata.

Réserve de Fjallabak

J’arrive à Krokur à 20 h 00, un peu crevé mais la journée n’est pas finie.

 Petite pause casse-croûte puis je pars chercher la passerelle pour traverser la Markarfljót qui a pris un peu de volume depuis le  gué du Laufafell hier.

Apres quelques minutes, je la trouve finalement … démontée sur le bord

Aie, c’était pas prévu ça…

Je commence à stresser un peu, la Markarfljót  est réputée pour être costaude dans ce coin.

Remonte dans ma tête mes déboires de l’année dernière

Je me dirige sur le bord , juste au dessus de la confluence avec la Hvítmaga entre les deux parties les plus engorgées…

Ca devrait le faire: le courant n’est pas très puissant et  il y a une bonne zone de récupération en cas de chute.

Déshabillage :  Caleçon, chaussons néoprènes au pied, les grolles autour du cou avec de la boue partout : faut aimer ça!

Je me lance, le gué passe assez bien , avec une zone un peu délicate au milieu où l’eau monte à la taille…

Le tout est de ne pas stresser et de prendre son temps en plantant les bâtons.

traversée de gué dans les fjallabaks

Séchage sur l’autre rive et petit goûter bien mérité!

Je remonte ensuite en longeant la rivière vers l’amont (j’aurais pas pu traverser la !).

la rivière Markarfljot en pose longue

La cabane de Krokur sous Skiptingahöfði.

refuge de Krokur au sud de l'Islande

Une sente bien marquée suit la Markarfljót au bord des gorges, toujours avec des vues impressionnantes.

chemin de randonnée au sud de l'islande en juillet

De la source à la mer, cette rivière est une des plus jolies d’Islande. Entre les pentes ocres sous le Laufafell, les gorges de Sata, Torfahlaup et bien sur l’impressionnant canyon près d’Emstrur,

on ne s’en lasse pas!

canyon de la Markarfljot en Islande

Mais bon, je dois quitter ma rivière préférée pour monter sur la large crête de Sata.

Fjallabak

Derrière moi, direction Tindfjallajökull, le soleil perce m’offrant de belles lumières, il doit être près de 22 h…trekking en Islande

Dernière lueurs sur Stórkonufell:

belle lumière sur les montagnes de fjallabak en Islande

J’avais espéré que les derniers rayons du soleil éclairent coté Sata et Landmannalaugar mais les nuages s’amoncellent lourdement. Pas de couché de soleil flashy pour ce soir!

J’avais imaginé me faire  la crête mais je suis complètement hs . Je suis donc le sentier qui descend sur la plaine ( à droite sur la photo)

Je plante la tente un peu plus bas à 23 h…Longue mais très belle  journée pleine d’émotions et d’images!

randonnée durant le soleil de minuit en Islande

Jour 4 : Sata – Jökulgil

.

Réveil tardif, aux alentours de 10 h, je prends tout mon temps ce matin.

Aujourd’hui, je veux remonter au nord pour dormir dans la  vallée de la Jökulgil en passant sous  Reykjafjöll.

Quelques rayons de soleil lorsque je déjeune puis c’est la grisaille, je flaire le gros temps sous peu…

tente et sac de randonnée dans les hautes-terres d'islande

Ci-dessous : Stóra-Grænafjall avec son lit de verdures et linaigrettes pour accompagner…

gros plan sur des linaigrettes en Islande dans les fjallabak

J’aimerais bien monter sur cette montagne emblématique du secteur, la vue doit être pas mal du tout de là-haut.

La plaine entre Sata et Torfakvisl est longue et ennuyeuse à mourir, entrecoupée de sillons très casse-jambes que je tente d’éviter avec plus ou moins de succès.

bosquet d'armerie maritime en Islande

Je rejoins la F210 après une éprouvante côte. J’ai vraiment pas la forme aujourd’hui et mon tendon droit me fait souffrir. J’ai un peu abusé hier.

Petite anecdote :

Lorsque je mets pieds sur la  F210, 3 gros 4*4 rouges flambants neufs s’arrêtent.

Sors un petit groupe de touristes asiatiques.

Comme je suis à quelques mètres d’eux et de bonne constitution,  je leur lance un grand bonjour ( hi!):  pas le moindre regards, rien, … suis-je devenu un fantôme?

Je les observe quelques  secondes :

Habits citadins, mine sombres, regardent la vue quelques secondes puis retournent se réchauffer dans les voitures, ils repartent rapidement en direction d’Afltavatn.

Bon…

Je passe un long moment à ruminer cette rencontre, j’ai peur que l’Islande  devienne à terme un immense Lunapark que l’on traverse le plus vite possible en prenant 2,3 selfies histoire de dire…

Enfin reprenons :

Apres la F210, je monte vers le plateau en longeant la Ljosa.

vallée de la Ljosa dans les fjallabaks

Je loupe un peu ma progression et vais directement en direction du Laugavegur, je ne verrais pas les magnifiques gorges de la Ljosa.

La vue est toujours aussi impressionnante . Je vois tout le parcours réalisé ces jours derniers:

paysage grandiose sur le trek du Laugavegur

Ci-dessous : Alftavatn et son refuge éponyme, au loin Hattafell. J’ai l’impression qu’il pleut sur Þórsmörk…

alftavatn sur le trek du laugavegur en Islande

trek du Laugavegur

Je rejoins donc le Laugavegur que j’emprunte sur 1-2 km. Pas mal de monde, mais cela reste vivable. Pas de photos pour autant , je n’ai pas envie de trainer !

Sur le plateau, je bifurque dès que j’aperçois le col sous les Reykjafjöll

Suivez la mousse… :
plateau d'Hraftinnusker le long du Laugavegur

Coté plateau, peu avant le col et la vision de malade…

névé en Islande

De l’autre coté , versant Jökulgil, vision onirique à souhait , impression d’être au bout de quelque chose…

Des fumerolles de partout, la rivière qui tresse au loin , de la mousse ,des cascades.

Les photos n’arrivent pas à rendre ce paysage, on pourrait rester une semaine (plus?) à explorer ce secteur de quelques kilomètres carrés.

Cela restera un des gros moments de cette rando :

Landmannalaugar

source chaude près du Landmannalaugar en islande

plateau volcanique dans le landmannalaugar en Islande

La descente est magnifique.. J’évolue sur des crêtes assez larges permettant d’approcher les canyons…

plateau volcanique dans le landmannalaugar en Islande

Un des affluents de la Litla-Hamragil qui elle-même donnera naissance à la Jökulgil à la jonction avec la Kaldaklof :

source chaude près du Landmannalaugar en islande

vallon de rhyolite dans les fjallabaks en Islande

J’arrive à la confluence :

trek en Islande

Landmannalaugar

En bas, je traverse la Litla-Hamragil sans problème puis je plante ma tente sur un petit promontoire , c’est parfait.

Par contre le temps est de plus en plus maussade…dommage pas de lumière sympa pour ce soir…

bivouac au bord de la jokulgil en Islande

Une petite pose longue pour le fun… Trouveras tu ma tente ??? ( à gauche)pose longue de la rivière jokulgil dans la réserve de fjallabaks en Islande

.

 Jour 5 : Landmannalaugar 

.

Je me réveille avec le bruit de la pluie battante . Le temps a basculé et se déchaîne!

Pliage rapide de la tente, je pars m’attaquer à la Jökulgil dont je dois traverser plusieurs fois les bras pour aller dans le vallon au nord d’Hattur.

Je me sens un peu ridicule sous la tempête à me balader en caleçon et chaussons néoprènes !

Les gués sont faciles mais le froid et la pluie transforment cette matinée en chemin de croix…

.

Je rejoins le départ de la crête pour gagner le plateau .

La montée est vraiment stressante, cette crête effilée doit être géniale par beau temps mais aujourd’hui le vent souffle fort, très fort et m’oblige à m’accroupir pour ne pas tomber lors des  rafales.

Je suis plus qu’heureux d’en finir et de rejoindre la boucle d’Haalda!

La sente vue d’en haut:

randonnée dans le Landmannalaugar

Je prends ensuite  au nord-est vers Litla-Brandsgil.

Sur le plateau, c’est encore pire, aucune photo ,  le vent atteint MACH 2 , je fais des à-cotés de plusieurs mètres, la sursac ne tient pas en place et s’envole plusieurs fois…

Je rejoins péniblement le camping du Landmannalaugar.

Fini pour aujourd’hui! Les quelques kilomètres sous le gros temps ont achevé ma motivation. Aucune envie de continuer vers la F208 comme prévu!

Montage de la tente tant bien que mal ( ceux qui ont déjà planté leurs sardines sur ce sol trempé de gravier  comprendront!)

Douche chaude, poissons séchés, beurrés et trempés dans le café ( miam!) et sieste réparatrice.

Vive le luxe!!!

Plus tard, je vais chercher mon ravitaillement de nourriture et m’informe de la météo…

Demain : pluie et vent.

Après-demain  : beau temps!

.

  Jour 6 : Faxasund 

.

Journée la plus rude de tout le voyage… Comme d’habitude qui dit rude, dit mauvais temps et donc peu de clichés pour illustrer.

Je suis réveillé par la vacarme du camping et des tentes messes des agences…

Bon il fait pas beau, ça c’est pas une nouvelle…

Apres le petit déjeuner, je remballe vite la tente pour m’éviter d’être pris par une poussée de « flegma-lachitude » et d’attendre au chaud le bus de 15 h pour Reykjavík!

Je pars donc sous la bruine et le vent, sur l’infâme F208, piste qui au demeurant doit être génial en véhicule, mais pour moi aujourd’hui c’est un vrai calvaire.

Je rejoins les rives du Kýlingavatn :

les rives du lac Kylingavatn dans les fjallabaks

Quelques voitures passent …sans s’arrêter malgré mon pouce levé!

 Ah oui, je fais du stop, hors de question de marcher tout le long sur cette purge, en plus j’espère rattraper mon retard pris hier

Je croise un 4*4 rempli de jeunes blondes…mais pas dans le bon sens!

Arf…

Je me remonte le moral en espérant le même dans ma direction ( si possible avec des brunes, des cannettes de viking, et une serviette sèche…mouais bon on peut rêver!)

.

Finalement c’est un couple d’Allemands d’un certain âge mais forts sympathiques qui s’arrête.

Chose rare j’ai l’impression qu’ils parlent assez mal anglais, voir très mal vu que je me débrouille mieux qu’eux.

Je suis un peu tout penaud de leur tremper leur belle banquette arrière mais bon pas trop le choix!

Je leur demande de me poser au croisement de Faxasund.

S’ensuit quelques kilomètres très agréables que j’espère durer des heures…

Mais, au bout d’une vingtaine de minutes, nous arrivons sur le plateau et je vois le panneau d’intersection de Faxasund.

Visibilité : 10 m

Vent : très, très fort et de coté

Pluie : parallèle sol, et qui pique!

Put…c’est dantesque!

Je dis merci à mes chauffeurs et pars avant de  trop réfléchir, je remarque qu’ils me prennent en photo avant de continuer.

Le reste de la journée est vite résumé, je suis la piste comme un bagnard, tête baissé…

Je ne vois rien sauf à de rares moments comme  ci-dessous. Je ne mange pas, pas de pause, pas envie je veux juste que cette journée de mer.. se termine.

paysage dans la brume islande

paysage de mousse verte en Islande dans la brume

Vers la fin, la pluie diminue un peu et le paysage devient fantomatique, je suis dans le désert noir embrumé.

J’arrive sur les bord du Kvislarlon, merci le GPS,  avec cette brume je  n’ai aucune idée d’où je suis!

Il y a une sorte de cabane pour les pêcheurs, j’essaye la poignée, au cas ou …mais elle est fermée

Je plante la tente derrière la hutte pour m’abriter du vent. Il doit être dans les environs de 20 h. J’ai quand même passé toute l’après-midi sur cette foutue piste

Je me couche (très) rapidement!

.

  Jour 7 : Langisjor 

.

Réveil matinal ( 3 h 00) pour cause d’envie pressante…Je jure un peu, tente de rester au chaud mais à un moment il faut bien sortir…

J’ouvre la tente et la : un magnifique lever de soleil comme seule l’Islande sait faire. Je suis ébahi, je sors vite reflex et trépied pour une petite séance photo:

lever de soleil avec reflet près de Faxasund

En pose longue :

lever de soleil à Ork, faxasund, en Islande

lever de soleil en Islande , reflet miroir, faxasund

Les premiers rayons finissent  par arriver, illuminant ma « plage » de bivouac

_0006511

Peu après : Exit le soleil, remplacé par un temps nuageux.reflet miroir dans un lac en islande

Maintenant que je suis levé, je me fais un petit café que je déguste sur la terrasse de la maison.

Malgré le manque de sommeil, je suis plutôt en forme et de bonne humeur!

Je sors toutes mes affaires humides que j’étale un peu partout.

Le petit auto-portrait de cet année:

auto-portrait jérémie mazet

Je me décide ensuite à partir…

GO GO Langisjor!

mais d’abord un peu de désert…

Baladeur sur les oreilles et c’est parti pour quelques kilomètres de piste sableuse

Super ambiance , surtout avec Pink floyd en fond sonore (Atom Heart Mother :  leur meilleur album!)

piste dans le désert en Islande

piste dans le désert de sable noir en Islande

Je longe quelques lacs. Pour une fois il n’y a pas de vent, ce qui est rare en Islande…

Pas le moindre clapotis…

désert en Islande

Au bout de 2,3 h de marche , je commence à me lasser.

L’échelle des distances est complètement modifiée dans cet environnement.Ce qui semble proche est en fait à plusieurs kilomètres!

Je plains les randonneurs qui passent deux jours sur le Sprengisandur!
hautes terres d'islande

Finalement, je quitte la zone désertique pour me diriger à l’est vers le Langisjór. J’aperçois vite le sommet de Sveinstindur.

Je prends tout mon temps pour le rejoindre.

Petite pause au soleil, déjeuner : saucisson, oignons grillés… miam!

Il y a quelques 4*4 au pied du sentier, normal pour un dimanche ensoleillé. Je  croise au début de l’ascension un groupe de suisses guidé par un guide qui me semble assez blasé!

Pour la première fois du voyage , j’ai chaud, très chaud, le soleil tape fort , il doit être près de midi…et évidemment ma gourde est vide et pas de point d’eau à proximité.

Cette montée est donc assez rude, avec la fatigue accumulée, et la sécheresse momentanée…

En haut , je rencontre un groupe d’Islandais en leggings… Ils me disent que je suis au couleurs du paysage : sac vert et tee-shirt bleu! c’est vrai que je suis assez mimétique.

En haut , cela se passe de commentaires…une des plus belles vues d’Islande, doit être classée au top dix mondial.

 Lac immense longé par les Fögrufjöll avec en fond les langues glaciaires du Vatnajökull.

On pourrait rester ici des heures…Petit tour  d’horizon :

Vers le Nord :

lac langisjor

Coté Skaftá, à l’Est, vers le  Laki :

rivière skafta au sud de l'islande

Un petit panoramique :

lac Langisjor

Vers le sud , malheureusement , le temps se dégrade  et amène une purée de pois pas très photogénique :

vallée de la Skafta et uxatindar en Islande

Je redescends ensuite par un des vallons vers le nord .

En bas, je me rends compte que je suis complètement HS, j’ai du mal à avancer et il faut vraiment que je boive ( cela doit faire 3h que j’ai soif!).

Je vise donc le premier lac sous Sveinstindur. Il doit être 14h quand je plante la tente. L’endroit n’est pas franchement le plus idyllique mais bon, je veux juste me poser et dormir.

A mon réveil, je me sens assez las et j’ai envie de voir du monde, de discuter….J’ai dépassé mon quota de solitude!

J’hésite un long moment puis décide de gagner le refuge de Sveinstindur plus au Sud.
petite lac sous les fögrufjoll

Je rejoins le chemin qui sépare le grand lac, des plus petits…

lac Langisjor avec le sommet du Sveinstindur en arrière plan

Je rêvais de cet crête durant mes soirées d’hiver en préparant ce trek mais aujourd’hui, la mayo ne prends pas, ma mauvaise humeur gâche un peu le plaisir…

Sveinstindur

Je passe ensuite sous le Sveintidur le long du lac, le chemin s’effrite un peu mais rien de  bien méchant.

Une bonne heure après je rejoins le refuge qui est vide.

Pas de belote au coin du feu pour ce soir, mais j’ai au moins un lit douillet!

refuge de randonnée utivist de Sveinstindur le long du strutivegur

L’intérieur très cosy :

dortoir de refuge en Islande

Je lis un peu le livre d’or, la plupart des mots sont  en islandais , pas mal en anglais et  quelque-uns en français également.

Un groupe a passé la Skafta début juillet depuis le Laki, je me demande s’ils l’ont fait à gué ou en contournant par le glacier…

livre d'or du refuge de Sveinstindur

Nuit calme , c’est toujours étrange de dormir dans un refuge seul : impression d’être Boucles d’or dans la maison des oursons!

.

  Jour 8  : Strutivegur

.

Aujourd’hui,j’entame le chemin dur retour en suivant le Strutivegur , un des treks majeurs d’Islande , pour descendre vers Skaelingar. Même si ce chemin est connu  , je serais seul toute la journée : pas une âme qui vive!

Je dis au revoir à mon refuge  et au Langisjor, je garde un peu d’amertume de pas être resté plus longtemps pour faire le tour du lac …mais bon c’est une bonne raison pour revenir!

le refuge de Sveinstindur au bord de la Skafta

Le chemin n’est pas balisé par des piquets comme le Laugavegur mais la sente est bien marqué, pas de soucis d’orientation.

Je longe la Skafta, fil d’Ariane de cette journée

la skafta sous le Vatnajökull en Islande

les bords de la Skafta, rivière d'Islande

J’approche doucement d’Uxatindar,  montagne emblématique qui malheureusement est sous la brume aujourd’hui.

paysage de désert en Islande

paysage de désert en islande

Quand t’es dans le désert depuis trop longtemps….!

Ben tu fredonnes des vieilles chansons des années 80!

sac à dos dans le désert islandais

Je serais bientôt au « passage sous la montagne »…

En attendant je passe un petit gué sous soucis, une petite montée dans les éboulis et je suis coté lac.

le strutivegur au bord de la skafta, trekking en Islande

Vraiment dommage que la météo soit mauvaise, le site perd de son grandiose. Pause déjeuner et je longe le lac pour gagner le Canyon

Mon chemin est tout droit!

Pres d'Uxatindar, au bord de la Skafta

 Un peu déçu du sentier  dans le canyon, sympa mais je le pensais plus impressionnantcanyon d'uxatindar sur le Strutivegur

En sortant , la brume devient plus dense, en cinq minutes je ne vois plus à 10 m.

J’essaye de suivre la sente qui est maintenant marquée par quelques piquets bleus espacés mais je me perds rapidement.

Apres quelques minutes de divagation, je tombe sur une piste…

Je me dis naïvement que ça ne peut être que celle pour le refuge et donc je la suis…

plateau volcanique en Islande

Au bout d’une grosse demi-heure , je trouve bizarre la direction que suit la piste…J’ai l’impression de tourner pour remonter au Nord.

Je me décide à sortir le GPS… putain je m’éloigne du refuge, je suis sur la piste pour le Langisjor pas dans le bon sens.

Demi-tour ,cadence de militaire tellement ça m’énerve d’être aussi bête, et je trouve finalement un croisement que j’avais loupé.

Cette fois j’embranche sur la bonne piste.

La journée de marche touche à sa fin, plus qu’à avaler les derniers kilomètres sur cette piste horrible à souhait pour un randonneur.

Petite photo de la grotte des elfes dans le champ de lave autour du refuge:

champ de lave en Islande

Le refuge est vide également… Sur les 4 refuges en Islande où j’ai dormi ces deux derniers étés, je n’ai jamais eu de colocataires.

Soirée tranquille donc, avec ballade aux alentours du refuge en compagnie des moutons.

Mon trek touche à sa fin, demain je rejoins la civilisation…refuge utivist de Skaelingar au bord de la Skafta

.

  Jour 9 : Faille d’Eldgjà 

.

Journée très courte qui consiste à grimper prés du Gjatíndur pour rejoindre la faille d’Eldgjá afin de faire du stop ou de prendre le bus.

J’arrive rapidement en haut, exactement à l’endroit où j’avais abandonné l’année dernière.

La boucle est bouclé…Je me dirige au sud sur le plateau pour ensuite descendre dans la faille au niveau  d’Ófærufoss.

Petit auto-portrait un peu raté:

Gjatíndur

J’attends une petite heure sur le parking avant d’être pris en stop par une famille de français.

Voyage agréable jusqu’à Kirkjubæjarklaustur (dites simplement « Klaustur »!).

.

 – Pour finir : Skaftafell et Thormörsk – 

.

Je passe les quelques jours qu’il me reste à Skaftafell où j’ai le plaisir de rencontrer David alias Bigfoot ( que je reverrais à Reykjavik , l’Islande est vraiment un petit village!)

Le Morsarlon:

Morsarlon

Malheureusement après une demi-journée de beau temps, la pluie s’invite et je passe la majeur partie de mon temps à bouquiner sous la tente.

Svartifoss :

cascade Svartifoss à Skaftafell

Je prends ensuite doucement le chemin du retour vers la capitale. Halte à Skogar où je rejoins ma mère et mon beau-père qui viennent d’arriver .

Petite excursion  à Þórsmörk :

Þórsmörk

.

Le lendemain , bus du matin de Skogar à Reykjavík.

Je flâne ensuite dans la capitale où je croise à nouveau David.

Discussion autour d’un café sur la rando,  l’Islande, les nuits de Runtur et  les Islandaises!

Vers 17 h , je prends le Flybus pour Keflavik et mon vol retour vers Lyon.

.

– Fin –

.